La dyslexie/dysorthographie

Le plus connu des troubles dys.


Il existe différents types de dyslexie/dysorthographie,
et il est important de bien affiner le bilan, pour :
1. bien adapter les moyens de contournement à mettre en place au plus vite pour que l’enfant ne soit pas pénalisé dans ses apprentissages scolaires,
2. pour déterminer les axes de rééducation.

Quantifier la dyslexie comme on peut lire dans bon nombre de bons bilans en orthophonie (lecture de pseudo-mots : – 2 écarts-types…) est important, mais pas suffisant.

Il faut rechercher la/les causes, qui peuvent être variées :

causes de la dyslexie

On voit bien que selon les cas, les moyens de contournement et les axes de rééducation ne seront pas les mêmes ! Certains enfants dyslexiques auront besoin d’orthoptie, d’autres de psychomotricité, d’autres d’ergothérapie, pas seulement d’orthophonie.

Sinon, on tombe dans ce que le Dr Michèle Mazeau nomme judicieusement le « toujours plus de ce qui ne marche pas »… et on s’étonne que l’enfant ait fait peu de progrès après des années de rééducation.

Exemple :

Voici un texte tel qu’il est vu par un enfant dyslexique (symptôme) atteint de DVS (cause), puis le même texte vu par un normo-lecteur :

Texte tel qu'il est vu par un dyspraxique visuo-spatial, puis texte normal

Les fixations (arrêts des yeux sur des segments de mots pour les lire) et saccades de l’enfant DVS sont aléatoires.

Les fixations du dyspraxique visuo-spatial sont aléatoires.

 

 

Voici celles du normo-lecteur (adulte, enfant du CP, enfant du CE) :

Fixations du normo-lecteur, adulte, enfant de CP, enfant de CM

 

 

 

 

Un enfant atteint de DVS peut aussi avoir le regard qui tombe d’une ligne à l’autre, ou ne pas remarquer une présentation en colonne.

Quelle est la rééducation la plus appropriée ? L’orthoptie.
L’ergothérapeute, lui, peut mettre en place des moyens de contournement : synthèse vocale, adaptations de documents… Ce qui conviendra à un élève très faible en lecture, ne sera pas adapté à celui qui est lecteur mais très dysorthographique. Les besoins différent en fonction de l’âge et du cursus scolaire, aussi. Le matériel qui conviendra à l’un ne conviendra pas à l’autre.

Autre exemple :

Certains enfants ont un faible empan visuo-attentionnel : ils voient peu de lettres en une seule fixation.

 

Autre exemple :

Pour un enfant atteint de TDAH (cause), dyslexique/dysorthographique (symptôme), le problème peut être une précipitation excessive, un déficit d’attention soutenue, une MDT faible.


2 vidéos intéressantes :

vidéo de Naama Friedman, séminaire Collège de France, 10 février 2015
Naama Friedman, conférence Collège de France, février 2015


Ce n’est pas parce qu’on est dyslexique qu’on ne peut rien faire de sa vie…

 

dyslexiques célèbres

7 Replies to “La dyslexie/dysorthographie”

  1. Rétroliens : Dyslexie ? la comprendre et l’accompagner [3] | TDAH 2016

  2. bonjour , j’ai 22 ans et je suis très dyslexique, j’ai eu un PAI au lycée .j’ai obtenu mon BAC pro au métier de la mode avec mention bien en 2015 ,et j’ai obtenu OR départementale et OR régionale en 2014 au meilleur apprentie de France.
    la je suis étudiant en BTS ,le seul problème est que je trouve personne qui souhaite m’aider a mettre un PAP en place ,malgré les nombres document qui justifie mon handicape .
    je comprends pas pour quoi il y a pas de protocole mis en place pour les BTS , ou juste quelqu’un pour nous aider .je peu pas être le seule dyslexique ou handicaper en BTS, pourtant j’ai bien l’impression car personne sais qui devrai m’aider.

    quand j’explique au professeur mon problème de dyslexie ils se permet de me dir que : j’ai pas le niveaux , qu’il faut qu’ils réévalue ma place ici , que ils peut pas adapter leur manière de m’enseigner ou me donner un cour déjà rédiger car il faut prendre des note ,et pour les contrôle écrit ils refuse que j’utilise un ordinateur .
    je trouve ca très dur et frustrant que l’établissement m’ignore et attend soi que je m’adapte ou que je parte .

    est ce que il existe quelqu’un pour aider les BTS en situation de handicape ?

    j’ai déjà été refuser de l’aide par :

    -le SIUMPS
    -l’infirmière et le docteur de l’établissement
    -les pole handicape des université
    -la DSDEN

    • Bonjour,
      Effectivement, plus on avance dans les études, moins les choses sont faciles. Tu es celui qui ouvre la voie !! Ils n’ont probablement pas ou peu été confrontés à cette demande pour encore. Les refus ne sont pas toujours de mauvaise intention. C’est souvent parce qu’ils ne savent pas.
      C’est la MDPH que tu dois solliciter. Tu dois remplir un dossier. L’enseignant-référent du secteur de ton école sera alors obligé d’organiser une réunion appelée ESS pour lister les problèmes et les besoins. Prépare bien, met tout par écrit avant d’y aller pour ne rien oublier. Un compte-rendu de la réunion sera envoyé à la MDPH, qui rédigera un PPS. Ce PPS reprendra la liste des besoins, et les rendra obligatoires aux enseignants.
      Fais toi aider, par des paramédicaux, des représentants d’association de parents d’enfants dys, par une assistante sociale, de la MDPH ou de secteur…
      N’hésite pas à me recontacter si tu as d’autres questions.
      Bon courage.
      Nathalie

  3. Bonjour
    Ma fille ilona 8 ans élève en ce2 vient de passer un bilan avec un orthophoniste et a été diagnostiquée dyslexie mixte.
    Est ce votre domaine d’intervention ?
    Dois je attendre les premières séances pour voir les résultats ?
    Les deux thérapies peuvent elles être complémentaires ou est ce trop ?
    Merci
    Sylvia

    • Bonjour,
      Un seul mot pour vous répondre : foncez !
      Nous ergothérapeutes déplorons de voir les enfants bien trop tard. En gros lorsqu’est constaté que l’orthophonie ne suffit pas.
      Le parcours classique : Des difficultés sont constatées au CP, on attend jusqu’au CE1 pour orienter vers un orthophoniste, le temps d’avoir un RDV c’est déjà le CE2, et il faut encore attendre 1 ou 2 ans pour constater que les progrès sont trop lents…
      Oui, les deux thérapies sont complémentaires.
      L’ergothérapeute pourra travailler les compétences cognitives nécessaires pour maîtriser la lecture et l’orthographe : le traitement visuo-spatial, la prise d’indices visuels, la mémoire… Il le fera par le jeu. Ce n’est donc pas pesant pour l’enfant.
      Il pourra aussi mettre en place la lecture assistée (cf).
      Nathalie

  4. Bonjour, je m’interroge actuellement sur la prise en charge de la dyslexie de mon fils (8 ans, en CE1, suivi par une orthophoniste). Je viens de decouvrir votre blog qui m’a donné de nouvelles informations (merci). Et je comprends que la prise en charge va dependre des causes, j’aimerais savoir quelles sont les professionnels qui vont pouvoir identifier les causes puis orienter?.
    merci d’avance.

    • Bonjour,
      Un enfant dyslexique doit voir :
      – un orthophoniste
      Là, cela va de soi, mais cela ne suffit pas.
      Disons tout de même que l’orthophoniste doit faire un bilan étalonné.
      – un ophtalmologue ET un orthoptiste pour les yeux
      – un ORL pour un audiogramme
      – un bon psychologue ou un neuropsychologue pour un WISC (V je précise)
      – un ergothérapeute
      Le neuropsychologue et l’ergothérapeute pourront dire s’il y a des troubles associés, du ressort du psychomotricien ou du neuropédiatre.
      Si la dyslexie est sévère, il vaut mieux contacter le CBS centre de bilans spécialisés le plus proche, et de prendre son tour dans leur liste d’attente (2 ans dans les Hautes-Alpes). Ils auront une batterie de tests supplémentaires intéressants.
      On fait tout cela 1 fois, pour avoir une image globale et bien engager les soins.
      Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*