L’apprentissage des lettres

Il n’y a pas de méthode stricte à appliquer à tous les enfants, mais voici les différentes étapes habituelles :

Pour commencer, l’enfant doit apprendre à former chaque lettre, une à une, en commençant par les minuscules cursives car les plus utiles, sur une grande surface (tableau mural ou planche), par de grands gestes.

1. L’enfant regarde l’accompagnateur faire, et celui-ci verbalise pendant qu’il fait, du type « On monte, on tourne, on descend… ».

2. L’enfant fait lui-même, les yeux ouverts, et l’accompagnateur verbalise pendant que l’enfant fait.

3. L’enfant fait les yeux fermés, et il répète encore et encore. C’est l’étape où il mémorise le plus la gestuelle. Il met en action sa mémoire kinesthésique : il sent la contraction de ses muscles, la direction de ses gestes, la position de ses articulations. C’est pour cela qu’il est important de pouvoir faire de grandes lettres, et de les faire les yeux fermés. Le geste est amplifié, pour bien l’ancrer.
L’accompagnateur continue de verbaliser au début, puis ne le fait plus, mais nomme juste la lettre.

Sens de formtion des lettres cursives, avec point de départ et levers de crayonA noter ici l’importance de respecter le sens classique de mouvement et les levers de crayons. La raison est ergonomique. Cela permet d’aller vite par la suite.

 

Il est parfois judicieux de regrouper les lettres par genre pour les apprendre :

Celles qui ont un rond : a d g q o
Celles qui ont une boucle qui monte : l b h k en commençant par le l auquel on rajoute quelque chose pour faire b h k

Des applications pour tablettes tactiles peuvent aider à cette étape de l’apprentissage.

Quand les lettres commencent à être automatisées (l’enfant sait les réaliser spontanément, sans hésitations, sans devoir les rechercher en mémoire, et ne se trompe plus), on peut passer à l’écriture sur feuille :

1. sur feuille blanche
Cela permet de réduire un peu la taille.

2. sur feuille blanche où l’on aura tracé une ligne, une seule
Il s’agira juste de poser la lettre.

3. sur feuille blanche où l’on aura tracé 2 lignes, celles entre lesquelles on écrit les lettres dites « tronc », qui ne montent pas et ne descendent pas : a c e i m n o r s u v w x. C’est le début du calibrage.

4. sur feuille classique
Il ne faut pas vouloir arriver trop vite à cette étape.

 

exemple d'écriture

 

 

 

Ici, on voit bien que des étapes seront nécessaires : 1. poser sur la ligne, 2. calibrer entre 2 lignes, 3. diminuer l’espace entre les 2 lignes…

 

 

Majuscules cursives, avec leur liaison avec la lettre suivante

A un moment donné, devra être décidé (enseignant, parents et accompagnateur) s’il est préférable d’opter pour les majuscules scriptes ou cursives. Voir les deux serait encombrer l’enfant.

 

A chaque séance, on observe l’enfant, et on réajuste en fonction.

En parallèle, devront être alors abordées les liaisons entre les lettres. Comment attacher un b et un e sans que le e ne se retrouve trop haut, etc…

Ecriture des chiffres à l'enversLes chiffres devront aussi être vus, si nécessaire.

Il arrive fréquemment qu’ils soient réalisés à l’envers.

 

Il peut être demandé aux parents d’entraîner leur enfant, car 1 semaine entre 2 séances, c’est long, et l’enfant oublie trop. Des consignes claires sur les exercices à faire sont alors données. Il s’agit juste d’y consacrer 10 mn 2 fois. C’est le principe de la répétition espacée :

Si on revoit une notion, elle est réactivée en mémoire, elle n'est pas perdue.

 

 

 

 

Il faut en moyenne 20 séances à un enfant pour maîtriser les minuscules scriptes et les majuscules. Une surveillance, par les parents et l’enseignant, sera encore nécessaire pendant quelques temps. Il ne faudra notamment pas arrêter d’écrire pendant les vacances, au risque de voir les performances chuter.

Personnellement, j’ai fait le choix d’assurer un suivi après l’arrêt des séances : je recontacte les parents à distance, et leur demande de m’envoyer quelques travaux de leur enfant par mail. Je peux ainsi leur redonner quelques indications de révisions à faire. C’est souvent sur les majuscules qu’il faut revenir car, moins employées au quotidien, elles peuvent être un peu oubliées.

Ne pas faire ce suivi précocement peut avoir de graves conséquences. Difficultés en orthographe, lacunes dans les connaissances scolaires, trouble de l’attention, perte d’estime de soi sont les difficultés que je vois le plus fréquemment chez les collégiens qui n’ont pas eu de prise en charge au primaire.

Les enseignants ne sont malheureusement pas toujours les personnes qui pointent la problématique et alertent. Les orthophonistes non plus.

Plus le traitement est précoce, plus il est aisé. Certains enfants peuvent être détectés en grande section de maternelle, d’autres au CP, d’autres au CE1. Il est préférable de ne pas attendre plus, même si un traitement est encore possible pendant tout le primaire.

4 commentaires à propos de “L’apprentissage des lettres”

  1. Bonjour,

    Merci pour cet article très intéressant. Je vais débuter à la rentrée prochaine en CP et je n’ai eu aucune formation à proprement parler sur l’apprentissage de l’écriture. Comment bien mener une séance? Du coup, votre article est très riche car je crois que je serais passée directement de l’entrainement sur feuille blanche à l’entrainement sur une fiche plastifiée avec le lignage en couleurs. Puis, le jour suivant, un entrainement sur le cahier.

    Je n’ai jamais eu de CP et je ne sais pas exactement quelle phrase dire aux élèves pour former correctement chaque lettre. Exemple: « pour la lettre « e » : « Je pose mon crayon sur la terre et je fais une petite boucle qui tourne et qui avance entre la terre et l’herbe. » Cela semble logique, mais ce n’est pas si évident. Y aurait-il un site, des ressources à votre connaissance, où je pourrais trouver la phrase adéquate pour chaque lettre?

    d’avance merci

    • Bonjour,
      Vos élèves ont commencé l’apprentissage des lettres en GS. Le mieux serait donc de voir comment ont procédé vos collègues. Si leur méthode vous convient, vous pouvez adopter la même. Sinon, il faut rechercher la simplicité : « On fait un rond, une boucle, on monte, on descend… » Mais n’utilisez pas les lignes de couleurs tant qu’ils ne savent pas former les lettres les yeux fermés. C’est mon avis.
      Bonne rentrée.
      J’apprécie beaucoup les enseignants qui cherchent, se posent des questions… Vous allez y arriver ! Bravo à vous. N’hésitez pas à revenir.
      Nathalie

  2. Bonjour, votre article est super, je crois que je passais trop vite à l’écriture sur le cahier… Je vais y remédier cette année! Par contre j’ai une question concernant les enfants qui écrivent les chiffres à l’envers: comment les aider? Même après plusieurs séances en petits groupes, certains continuent (même en CM2, certains élèves écrivent encore les chiffres à l’envers!).
    Merci de votre réponse!!

    • Bonjour,
      Désolée tout d’abord pour la réponse tardive. Un déménagement m’a amenée à lâcher quelque peu ce blog pendant un temps.
      C’est étonnant, j’ai pour ma part peu d’enfants qui trainent un problème d’écriture à l’envers des chiffres au-delà du CE1, voire CE2.
      La technique est la même : écrire les yeux fermés sans ligne, puis poser sur une ligne, puis entre 2 lignes, en réduisant la taille.
      Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*