Aménagements pédagogiques : pas n’importe lesquels

Il s’agit là d’un thème que je mûris depuis quelques temps. Parce qu’au travers de suivis d’enfants et de la lecture de forums, je sens poindre quelque chose qui ne me semble pas tout à fait judicieux

Je vois de plus en plus de parents et d’enseignants qui mettent en place une sérielle d’aménagements pour leur enfant/élève, et c’est en soit une belle avancée, MAIS

Il ne faut pas partir des aménagements qui existent, qui courent sur le net, voire qui sont à la mode, et les mettre en place sans discernement !!!

Certains aménagements peuvent être pertinents pour un enfant en particulier, et d’autres NÉFASTES.

Deux exemples :

# 1 L’agrandissement des documents A4 → A3 :

C’est un aménagement simple et rapide à mettre en place. On le voit donc fréquemment. POURTANT :

Visibilité à la fixation des deux yeux sur un texte écrit

longue vue

 

 

 

 

Lorsque nous posons nos yeux sur un texte écrit, toutes les lettres ne sont pas nettes. Le centre est net, la périphérie est floue. Le nombre de lettres nettes n’est pas le même pour tout le monde. C’est ce que l’on appelle l’empan visuo-attentionnel. Cet empan peut être faible notamment chez certains enfants dys,

Le nombre de lettres vues en une fixation diminue lorsqu'on agrandit la taille des caractères.

 

 

 

et on voit ici que si on agrandit la taille des caractères, on en voit moins dans la zone de netteté…

 

# 2 Les feuilles à lignages de couleurs :

Ligne de terre, herbe, ciel...

 

 

 

Beaucoup croient que lorsqu’on a donné des feuilles à lignages de couleurs aux enfants qui peinent à écrire, on a fait ce qu’il faut. Or non : si on donne des feuilles à lignes, quelles qu’elles soient, à un enfant qui ne connaît pas la gestuelle des lettres, c’est-à-dire l’enchaînement des mouvements à faire pour une même lettre, on le met en double tâche, et même en triple : se rappeler la gestuelle/poser/calibrer. Pas de problèmes pour les enfants lambas. Ils y arriveront tout de même. Pour les enfants dyspraxiques/dysgraphiques… 🙁 il faut décomposer les étapes.

Cf étapes dans L’apprentissage des lettres.

Ce sont les bilans qui permettent de déterminer les aménagements, et uniquement les bilans. Les aménagements doivent être individualisés.

J’en reviens donc à la nécessaire collaboration parents-enseignants-paramédicaux. Ce n’est qu’ensemble qu’on fera du bon travail 🙂

 

Archer

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*