S’organiser dans ses affaires

Vous êtes dépité(e) parce que votre enfant n’avait pas son matériel en cours et est revenu avec un mot dans son carnet, ou parce qu’il perd régulièrement ses affaires, ou parce qu’il semble incapable de ranger sa chambre ? Ces lignes sont pour vous.


L’organisation du cartable


C’est au collège que l’organisation du cartable se complique. Jusqu’ici, vous parveniez tous deux à gérer : lui faisait ce qu’il pouvait, et vous passiez derrière pour vérifier.

1ère idée : utiliser un code couleur

Afficher un emploi du temps au plus proche de l’espace de rangement dédié au matériel scolaire, attribuer une couleur spécifique à chaque matière : le rouge pour l’anglais, le vert pour le français…, mettre un protège-cahier de la couleur correspondante, ou si c’est un classeur, le choisir de cette même couleur, couvrir les livres toujours selon ce même code couleur.

Emploi du temps où chaque matière est colorée d'une couleur spécifique
Cahiers axu couvertures de toutes les couleurs Protège livres de différentes couleurs

Cette organisation est donc à prévoir en amont, au moment des achats de rentrée scolaire.

Au collège, il est possible de demander un double-jeu de livres. C’est une bonne idée pour certains enfants : ceux qui ont un problème moteur ou de santé physique, mais pas pour tous : ceux qui justement ont des problèmes d’organisation, car il faudra gérer le casier à l’école en plus.

Bacs plastiques pour rangement des cours2e idée : organiser le rangement

Pour entreposer les affaires près du bureau,
vous pouvez opter pour des bacs en plastique, sur lesquels vous aurez mis des repères.

Ces repères peuvent être des couleurs, celles-là même que vous aurez choisies pour chaque matière, ou encore des mots, ou des dessins.

3e idée : faire des check-lists

Vous pouvez faire une liste des affaires à mettre dans le cartable pour chaque jour, que vous afficherez près des bacs de stockage.

Une simple pince à linge, à déplacer sur la liste, peut servir de repère, pour savoir où l’on est arrivé dans la vérification.

 

Vous pouvez aussi faire une check-list pour le matériel à avoir dans la trousse. La check-list peut être plastifiée, et accrochée à la trousse par un anneau.

 Check liste pour trousse
 La trousse à compartiment Dakine aide à voir s'il manque du matériel.

Cette trousse à compartiments, pour le matériel courant, aide à visualiser s’il manque du matériel.

Les feutres et les crayons de couleur peuvent être dans des trousses distinctes.

 Feutres 12 couleurs attachés entre eux par le capuchon

Ces feutres seront moins facilement perdus, du fait qu’ils soient attachés par les capuchons.

4e idée : faire des fiches de procédure

Si nécessaire, vous pouvez encore faire des fiches de procédure.

Un exemple :
En rentrant de l’école :
1. sortir toutes les affaires du sac
2. les ranger dans les bacs
3. regarder l’agenda
4. sortir les affaires d’une matière pour travailler
5. mettre de côté quand c’est terminé
6. sortir les affaires d’une autre matière pour travailler

8. préparer le sac pour demain.

Vous pouvez présenter les fiches de procédure sous forme d’affiche ou de planificateur.

Un planificateur est une sorte de carnet. L’enfant tourne une page quand une action est terminée, pour passer à la suivante. Cela ne marche que pour les activités routinières, toujours faites dans le même ordre.

Les fiches de procédure peuvent porter sur des thèmes variés, comme la toilette dans la salle de bain, etc…


Le rangement de la chambre


Sa chambre est un capharnaüm et pourtant il ne semble pas y mettre de la mauvaise intention, mais paraît plutôt dépassé ?

1er principe : faire le tri

Dans une chambre d’enfant, il y a souvent des choses qui n’ont pas été utilisées depuis longtemps, voire qui ne sont plus de son âge. Les enlever va l’aider.

2e principe : soulager le regard

Chambre enfant en désordre Des bacs, des casiers, pour que les jouets et autres affaires ne soient pas toujours sous le regard.

Des étiquettes peuvent aider à identifier les zones.

Vous pouvez donner à votre enfant la consigne de ne sortir qu’une caisse à la fois.

3e principe : séparer les espaces

Un coin vêtements, un coin travail scolaire, un coin jeux…

4e principe : séparer les affaires

Un tiroir pour les chaussettes, un autre pour les slips, une étagère pour les tee-shirts, une pour les pantalons… Ou, s’il n’arrive pas à coordonner les vêtements entre eux, ranger par tenues entières : un pantalon, un tee-shirt, un pull, une paire de chaussettes, un slip rangés ensemble.


Pourquoi certains enfants ont-ils plus de difficultés que les autres ?


Un trouble des fonctions exécutives, ou une dyspraxie visuo-spatiale, sont souvent à la base de ces difficultés.

21 Replies to “S’organiser dans ses affaires”

    • Bonjour,
      Oui, il y a des périodes de découragement, de colère aussi parfois, ou de refus…
      Je vous propose 4 pistes pour aller mieux :
      – vous faire plaisir, prendre des temps rien que pour vous
      – prendre les problèmes un par un, l’un après l’autre
      – fêter tous les succès, toutes les réussites
      – trouver une activité à partager avec votre fille, où le trouble dys n’aura pas de place, et où vous la trouverez magnifique.
      Avec mon fils, c’est l’escalade. Il est beau quand il grimpe, et quand il enseigne aux autres, non dys :-), à grimper.
      Nathalie

  1. bonjour
    Merci pour les astuces de couleur associés aux matières et aux casiers de rangement. Je pense que ceci sera très utile pour mes jumeaux qui vont rentrer en 6ème l’année prochaine et qui ont été diagnostiqués dyspraxie visio-spatiale et constructive. Merci de vos astuces et de toutes ces bonnes idées.

  2. un grand merci pour ces conseils que je vais mettre en place dès cet été car mon fils est HPI à 145, mais est très désordonné. Il en arrive à ne plus rechercher ses affaires ou à se reposer sur moi. Il se retrouve pénalisé bêtement car il lui manque toujours quelque chose et j’aimerai qu’en son temps sa soeur ne fera pas le même bazar…..
    UN GRAND MERCI pour toutes vos idées car elles m’aident très régulièrement à comprendre les réactions de mon fils et à mieux communiquer avec lui.

    • Vous entrez dans un monde nouveau, mais ne vous inquiétez pas, vous serez bientôt une vraie spécialiste 🙂
      Je suis en train de rédiger un document sur le parcours, de la suspicion au diagnostic et du diagnostic à la mise en place des soins et des aménagements scolaires. Revenez de temps en temps sur le blog pour voir si je l’ai achevé. Ce document pourrait vous aider.
      Vous pouvez aussi me posez vos questions.
      Nathalie

    • ne pas avoir peur de la dyslexie !
      mon fils 15 ans l’est, son père aussi, ma soeur, ma mère et tous ces gens ont un taux très fort en créativité intellectuelle pour les uns, manuelles pour les autres. Tous en ont bavé à l’école mais ma soeur est devenue une décoratrice hors pair, ma mère une artiste en haute couture, mon mari un visionnaire consultant dans l’international. Ils excellent tous dans des matières qu’on n’enseigne pas à l’école ! L’école ne s’occupe que de développer le cerveau gauche. Mais ce sont des génies potentiels avec leurs cerveau droit ! Objectif : développer leur cerveau créatif pour les valoriser dans leur point fort ! en dehors de l’école… Cherchez ce qui est facile pour eux et foncez… que fera mon fils ? je crois que lui sera un comédien comique ou un réalisateur de BD ou de jeux vidéos ? C’est un enfant qui en a bavé à l’école mais qui a compris que sa dyslexie serait une chance par rapport aux autres pour « après » l’école ! une façon de se distinguer…
      30% des grosses entreprises américaines qui réussissent sont tenues par des dyslexiques. On commence à les recruter au postes de cadre supérieur pour leurs idées hors normes !
      Alors soyons heureux d’avoir un enfant pas comme les autres…
      Et battons nous contre l’école qui ne s’occupe que de développer le cerveau gauche et qui ne veut surtout pas développer de trop le cerveau créatif.. on dirige mieux les moutons que les originaux !
      Je suis maman mais je propose des stages de formation pour les enseignants qui veulent comprendre la dyslexie à travers ce que j’ai compris de mon fils, son père, ma soeur et tout ce que j’ai lu. Je suis devenue passionnée de ce cerveau particulier et potentiellement génial….
      Si Nathalie peut m’informer de ses découvertes ou aide, pour que je l’enseigne aux enseignants de ma région, ce serait un vrai bonheur… Génial le code couleur pour les matières et les cahiers correspondants ! les casiers à grands tiroirs par matière, je vais en acheter !!!
      J’ai encore compris quelque chose ce matin en lisant ce site http://vivredemain.fr/dyslexie/ chaque jour j’en découvre… mon fils me confirme « ben oui les lettres bougent dans ma tête quand je lis »
      Il y a aussi la méthode Davis, la méthode Tomatis… qui aident ++
      Bon courage, et tant pis s’il faut les aider + que les autres, ils en ont besoin et ne jamais oublier que ces enfants ont des raisons valables d’être bien plus angoissés que les autres…

  3. bonjour,

    merci pour vos conseils , ils sont très précieux quand on a un enfant dys !
    mon fils est dyslexique, dysorthographique sévère. il est aussi précoce et le quotidien est compliqué. Tout peut devenir source de conflits donc plus on peut alléger le scolaire mieux c’est ! encore merci

    • Bonjour,
      N’hésitez pas à consulter les articles des rubriques dyslexie et dysorthographie. En plus, s’il est précoce, il demande à être « nourri » pour assouvir sa curiosité, son désir d’apprendre. Vous devez triplement vous adapter, en fait, et passer par l’auditivo-verbal : regarder des documentaires…
      Pour sa scolarité, je vous conseille vivement de mettre en place la lecture contournée + semi-assistée et peut-être la présentation individualisée de documents, une dictée vocale, un traitement de texte + un correcteur d’orthographe puissant, ainsi qu’une AVS.
      Nathalie

  4. Bonjour,
    Mes enfants ne sont pas dys, mais atteints de maladie génétique rare avec handicap mental. Mon petit dernier a énormément de mal à ranger sa chambre et vos conseils de rangements sont très simples et faciles à mettre en place.
    Merci pour vos conseils.

    • Bonjour,
      Oui, ces conseils fonctionnent aussi pour les enfants atteints de maladie génétique et/ou de handicap mental, vous avez raison de nous le rappeler. Merci à vous !
      Nathalie

  5. je trouve vos conseils très utiles et précieux comme toujours
    nous avons commencé à appliquer ces conseils mais n’avons pas été assez loin dans les codes couleurs, chose à laquelle nous allons remédier pour septembre.

    • Bonjour 🙂
      Nous nous connaissons bien, vous et moi 🙂 puisque je suis vos 2 enfants en séances, régulièrement.
      Bel été à toute la famille, et RDV à la rentrée !

  6. Bonjour, merci pour vos conseils mon fils a un TDA, sans hyperactivité, et sa chambre est un vrai désastre, il adore lire, et il y a des livres partout, et quand il joue, il laisse installé et pas facile de le faire ranger.

    • Bonjour,
      La consigne de ne sortir qu’une chose à la fois semble bien adaptée pour votre fils.
      Vous pouvez y rajouter un rituel : celui de devoir ranger à un moment précis de la journée tous les jours. Par exemple avant le bain, ou avant le repas, pendant que vous cuisinez. A vous de voir combien de fois par jour convient. Combien de temps joue-t-il avec un même jeu ou consulte-t-il un même livre. Selon, vous pouvez mettre un rituel en fin de matinée + en fin d’après-midi, etc.
      Le trouble de l’attention se rééduque. Il faut à votre fils un bon bilan portant sur toutes les sphères de l’attention. Vous l’avez peut-être déjà. Ensuite, il faut faire une rééducation ciblée. J’adorerais la faire 🙂
      Nathalie

  7. bonjour,
    Je voulais simplement vous remercier pour vos précieux conseils qui vont grandement m’aider et surtout aider mon fils de 11 ans qui vient d’être diagnostiqué dyspraxique, dysgraphique, avec des soucis visio spatiaux. Il a toujours eu du mal de ranger sa chambre, ses affaires d’école, se pénalisant en oubliant ses devoirs à l’école ou à la maison. Je suis encore un peu perdue, d’autant plus qu’il rentre au collège en septembre. Il est suivi par une ergothérapeute depuis 1 mois. J’ai bon espoir que cela va l’aider.
    J’angoisse, je l’avoue, pour cette rentrée. Il sera aidé par un logiciel informatique mais cela mettra du temps dans la mise en pratique. C’est vrai que nos enfants sont un peu différents, ils excellent dans certaines activités où d’autres ne se sentent pas à l’aise. c’est là toute leur richesse. En tout cas, merci à tous pour vos partages, je me sens un peu moins seule et suis preneuse de vos expériences ! A bientôt !

    • Bonjour,
      Vous êtes nombreux à dire que votre enfant a été diagnostiqué vers 11 ans.
      Nous ne sommes vraiment pas bons en France.
      Cela me rend vraiment triste.
      C’est surtout flagrant pour les troubles que vous citez : la dyspraxie visuo-spatiale et la dysgraphie.
      A bientôt
      Nathalie

  8. Bonjour,
    Vos conseils vont bien nous aider pour la rentrée en 6ème de ma fille. Par contre j’ai une question. Pouvez-vous me dire où acheter le meuble de rangement avec les casiers de couleurs ?
    Merci de votre réponse.
    Cordialement,
    Sisi

    • Bonjour,
      Vous devriez en trouver dans les grandes surfaces de type Gifi, Foirefouille, et aussi de type M. Bricolage…
      Un petit conseil :
      Munissez-vous d’un cahier ou d’un classeur grand format pour vérifier s’il rentre dedans, car on peut avoir du mal à évaluer à vue d’oeil.
      Cordialement,
      Nathalie

  9. Bonjour,
    Mon fils est dyspraxique visio-spatial, dyscalculique, dysorthographique, dysgraphique.
    Cette année il a passé la 6eme, avec AVS et il est informatisé mais pas encore autonome. Il est suivi depuis qu’il a 4 ans mais diagnostiqué que vers 8 ans. Les 2 premiers trimestres de la 6eme se sont plutôt bien passés malgré les trop nombreux oublis de tout… Certains profs se sont montrés très compréhensifs, malheureusement d’autres pas du tout… Je dois revoir l’organisation pour sa 5eme. J’avais déjà mis en place les casiers, les couleurs mais pas l’idée des check-listes… Merci.
    Dernier trimestre il a baissé les bras, fatigué, découragé… C’est vrai qu’on traverse des périodes de rage et colère parfois … Mais faut s’accrocher. Nathan a souhaité partir en collège EREA , enseignement adapté, matériel adapté, suivi individuel adapté… mais refus de la MDPH… on va faire appel en espérant …

    • Bonjour,
      J’aimerais tout d’abord rectifier une chose, pour vous rassurer, vous et votre fils : il est dyspraxique visuo-spatial, et ce trouble entraîne chez lui, comme chez beaucoup, des difficultés en maths, en orthographe, en écriture. Il a un trouble, et plusieurs conséquences, ou symptômes. Il n’est pas ça + ça + encore et encore et encore.
      C’est vrai que les enseignants ont beaucoup de mal à comprendre les difficultés d’organisation, avec les oublis que vous dites. Ils le prennent encore trop souvent pour de la mauvaise volonté, alors que ça va de pair avec la dyspraxie visuo-spatiale. Il faut trouver des astuces, et faire à la place, pour soulager. Ce qui compte, ce sont les apprentissages scolaires, pas l’autonomie. Et cela aussi on a du mal à le faire comprendre, aux enseignants et à l’AVS.
      D’où la fatigue et la lassitude du 3e trimestre.
      Je vous conseille de visionner les conférences de Caroline Huron. Cela vous aidera. Vous pouvez les regarder avec votre fils. Il est important qu’il se comprenne aussi.
      N’hésitez pas à fournir des informations aux enseignants : des documents à lire, sur la dyspraxie.
      Bon courage.
      Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*