Bien tenir son crayon

La façon idéale de tenir un crayon est en tripode :

Prise idéale en tripode

 

Pouce, index et majeur encerclent le crayon et le guident.

Le majeur et l’annulaire servent au déplacement sur la feuille.

 

Parfois, le pouce est trop avancé sur le crayon et le maintient au niveau de l’articulation inter-phalangienne. Il ne peut alors guider suffisamment les mouvements fins. Il faut tenter de reprendre cette position au plus tôt, surtout si l’on observe une irrégularité dans l’écriture, ou une gêne.

Les positions ci-dessous ne sont pas bonnes du tout. Elles sont à reprendre impérativement.

Mauvaises tenues de crayon

Celles-ci correspondent à la façon dont les petits tiennent leur crayon pour gribouiller.

Maintien immature du crayon

 

 

 

 

 


Que faire ?


Le changement ne se fera pas tout seul. Il faut rechercher l’adaptation permettant de rétablir une bonne position : crayon à base triangulaire, embout de crayon, pâte auto-durcissante… Cf Du matériel pour apprendre à écrire.

Il tient son crayon à pleine paume ? Voici une idée astucieuse :

Pour apprendre aux petits à passer de la tenue du crayon à pleine main, au creux de la paume, à la tenue à 3 doigts, enfilez un élastique dans une perle, nouez le autour du poignet. Ils doivent tenir la perle avec l'annulaire et l'auriculaire pendant qu'ils écrivent. Ne restent que les 3 bons doigts pour écrire.

Prenez un élastique, enfilez une petite perle, nouez autour du poignet et demandez à votre enfant de tenir la perle au creux de la main avec l’annulaire et l’auriculaire.
Le pouce, l’index et le majeur sont dégagés !

 


Une rééducation du mouvement peut aussi être nécessaire, avec des exercices spécifiques et individualisés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*